Commune > Histoire

Cliquer sur le titre pour dérouler le texte.

Histoire de la commune

Essômes-sur-Marne s'est successivement dénommée entre autres appellations, Sosma au VIIe siècle, Osmensi, Essaulme, Soma (en 1169), Essôme (en 1318), Essosmes (en 1664), avant de prendre l'orthographe que nous lui connaissons aujourd'hui.
Il existait au moyen-âge à Essômes un vieux fort dont une chapelle avait été confiée à dix chanoines séculiers. En 1090, Hugues de Pierrefonds en avait fait un chapitre régulier de l'ordre de Saint-Augustin. (Voir les vitraux de l'abbatiale, retraçant la vie de Saint Augustin). Cette communauté devint si florissante qu'elle compta en 1150 cent chanoines.
C'est sous l'impulsion de cette communauté que fut posée la première pierre de l'abbaye qui sera défendue par 4 canons, 32 arbalètes et 4 tours gardées jour et nuit.
L'abbatiale Saint-Ferréol fut construite au début du XIIIe siècle ; elle fut endommagée par la guerre de Cent Ans et connut un grave incendie en 1429.

Abbatiale d'Essômes se situe aujourd'hui au coeur même du village

L'abbatiale subit aussi des dommages lors de la période révolutionnaire : transformée en magasin de fourrage elle ne retrouva sa destination religieuse (le culte catholique) que le premier dimanche de l'avent de 1799.

Autre élément important du patrimoine communal, le temple de Monneaux est le symbole de la présence protestante depuis les tous premiers temps de la Réforme (début XVIe siècle).
Les premiers protestants s'installèrent à Monneaux en 1546, fuyant les persécutions qui se produisent dans la région de Meaux.
Malgré les persécutions (Saint-Barthélémy 1572), révocation de l'Edit de Nantes (1685), la foi protestante demeura présente sur le hameau de Monneaux.

Temple protestant situé dans le hameau de Monneaux. Il a la particularité d'avoir un coq au sommet de son clocher.

En 1792 on assista à la construction du temple; le clocher fut lui édifié en 1862.
En savoir plus: Article paru dans "Autant en Emporte la Marne" n° 382

La commune d'Essômes fut très marquée par le premier conflit mondial (1914-1918).

Vue de la mairie d'Essômes-sur-Marne après les bombardements de 1918.
Photographie de presse de l'agence Meurisse, 1918.(source gallica.bnf.fr)

Voir l'expo-photo organisée à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2014.


Morts pour la France

Monsieur Bernard Martin, né à Château-Thierry et habitant dans la commune depuis de nombreuses années, a effectué un recensement minutieux de toutes les sépultures liées aux deux dernières guerres mondiales. Tout a commencé, à l'âge de la retraite, par une recherche sur la disparition de son père Louis Martin déporté en Juillet 1944. A cette occasion il a pris contact avec l'association "2000 histoires de mon village". Il s'est ainsi dédié à la recherche des sépultures des enfants de la commune d'Essômes "Morts pour la France".
Il partage ici le fruit de ses longues recherches.

19141914-19651915191619171918Sépultures de Morts pour la FranceFermer le tableau
Document sans titre Cimetitière d'Essômes-sur-Marne

Ce site est édité par la mairie d'Essômes-sur-Marne
1 rue de l'Abbaye - 02400 Essômes-sur-Marne - mairie@mairie-essomes.com
Pour tout ce qui concerne ce site: servcom@mairie-essomes.com

Depuis le 04/12/2014, le compteur est augmenté à chaque fois qu'un utilisateur différent se connecte,
il ne tient donc pas compte de multiples rechargements par le même utilisateur :